Les paupières s’ouvrent plus tôt, les volets mal fermés font entrer la lueur,

Les pigeons se soulagent sur le linge séchant,

Le nez coule, les yeux grattent, le nain Atchoum est à l’honneur,

Le parasol ouvert, les voisins mangent en aboyant,

 

Adieu chocolat, charcuterie et brebis,

La carte bleue brûle pour alléger les tissus,

On brandit les haltères, le bâton, le tapis,

 Graisse et sucre ne sont plus bienvenus,

 

Les toboggans s’usent, les balançoires dans les cieux,

Les mamans se creusent pour ensevelir l’ennui,

Les morveux dans le sable, le sable dans les yeux,

Mais bon sang à qui est encore ce cri ?

 

Les orties et les pissenlits font la loi dans le jardin,

Vive le balai, longue vie au balai, le balai est roi !

Oust ! Moutons, champignons et acariens,

Les diables copulent, pas de doute, le printemps est là.

 

Pyrrhocoris_apterus1

Faites le commentaire composé de ce poème. Je ramasse les copies dans 2heures.